Quand j'étais petit, je connaissais déjà ces lieux Quand j'étais enfant, j'allais au cinéma Franklin, c'était bien car on pouvait aller au balcon pour avoir de la hauteur. Rien de ce décor ne pouvait me laisser imaginer que j'étais dans une ancienne brasserie. Quand dans l'ancienne brasserie Hobschette dont la grande cour de devant était devenue un entrepôt de ferraille, je jouais avec les enfants Paridans et les gosses du quartier à cache-cache dans les sous-sols de cette immense bâtisse qui étaient de vrais labyrinthes, rien ne m'indiquait que ce fut une brasserie. Dans l'ancienne brasserie Renauld que mon père avait fait transformer en dépôt de bière et où mon grand-père maternel, maçon de profession, avait transformé une partie des annexes en un appartement, rien ne me laissait imaginer que là où je vivais, ce fut jadis une brasserie. Plus tard, quand j'étais élève à l'Athénée, j'allais déposer mon vélo avec Jean-Marc et Jean-Pierre Alexandre dans la ferme de leur tante pour plus de sécurité. Là non plus, je ne pensais pas fouler la cour d'une ancienne brasserie, la brasserie Lesquoy. Et quand j'allais au Carmel, trouver les sœurs qui vendaient des timbres-poste au profit des Missions, jamais je n'aurais imaginé qu'avant d'être ce couvent, l'emplacement du Carmel fut celui d'une des premières brasseries de type industriel où mon arrière-arrière-grand-père avait commencé son activité de brasseur avant de construire plus tard sa propre brasserie à la rue des Hottées. C'est seulement beaucoup plus tard, "en collectionnant" sur la brasserie de mes aïeux que je me suis rendu compte qu'il y avait eu à Virton d'autres brasseries dans des bâtiments qui m'avaient été jadis familiers mais où je n'aurais jamais imaginé qu'on puisse y avoir produit de la bière. Car une brasserie sans cheminée c'est comme une église sans clocher ! Sans sa "machinerie", ses cuves, ses bouteilles et surtout sans cette odeur de bière, une ancienne brasserie n'est plus qu'un simple immeuble industriel…auquel on peut donner la destination que l'on veut ! Frédéric Renauld
INTRODUCTION
PANORAMA DES BRASSERIES VIRTONNAISES
Virton a eu 5 bâtiments de brasserie (seulement 3 à Arlon) ce qui me fait dire que : "Virton a eu le passé d'une ville brassicole". On peut situer ces 5 bâtiments sur une même ligne de 400 mètres à vol d'oiseau entre le premier et le dernier bâtiment. Les brasseries ont été construites là où il a été possible d'avoir un captage d'eau de source et à proximité de la rivière pour les rejets. Les emplacements des 5 bâtiments de brasserie sont indiqués en rouge et numérotés par ordre d'ancienneté. Afin qu'elles soient plus faciles à reconnaître, il y a des flèches de couleur qui descendent jusqu'au milieu de la brasserie ou de l'ensemble des bâtiments de celle-ci : vert = Br. Lesquoy / bleu = Br. Hobschette / jaune = Br. Renauld / rouge = Br. du "Franklin".
Voici la plus ancienne carte postale, datant de 1899, que nous ayons sur les brasseries de Virton. Aucune brasserie ne possède encore de cheminée extérieure.
C'est sous un gros arbre depuis la butte de Solumont, en territoire saint-mardois où il n'y a jamais eu de brasserie, qu'on découvre 4 brasseries de Virton
A la hauteur de la rue du Bosquet, on a une belle vue d'ensemble de ces 4 brasseries de Virton qui en 1910 sont encore toutes en activité
Sous la neige dans ces années-là. (cliché du photographe Eugène Castagne, Virton)
Panorama de 1924, où l'on découvre que depuis quelques années, une nouvelle cheminée est venue s'installer au centre de ce paysage. C'est la cheminée de la Centrale électrique de Virton qui permettra à la ville d'avoir son autonomie énergétique durant de nombreuses années. On y découvre aussi que Virton avait sa propre gare au centre ville qui permit le développement de ses brasseries et autres fabriques par l'acheminement des matières premières et matériels.
Vue aérienne de 1948 qui montre ces 4 bâtiments de brasserie restés intacts mais qui ne sont plus tous en activité. La brasserie du "Franklin" est arrêtée depuis 37 ans, la brasserie Lesquoy depuis 20 ans et la brasserie Hobschette depuis 10 ans. Seule la brasserie Renauld (au centre de la photo) est restée en activité et le restera jusqu'en 1962.
La moins belle des cartes reprenant ce panorama avec les brasseries, nous la devons à l'Armée allemande qui édita ses propres cartes durant la première guerre. (ici en papier carton, le recyclé de l'époque)
La plus belle des cartes : une colorisée de l'époque. Elle est antérieure à la carte postale allemande puisque la grande cheminée de la Centrale électrique n'a pas encore été construite.
Ici, je vous laisse trouver les différentes brasseries visibles sur ces deux anciennes cartes postales.
L'ensemble de ces derniers bâtiments de brasserie a été transformé ou rénové, seules les annexes et cheminées ont été détruites. Difficile de dire quel fut le plus ancien "bâtiment" de brasserie de Virton parce qu'ils ont été construits en plusieurs fois. Je dirais que c'est d'abord la brasserie Lesquoy en 1838 avec le brasseur Jean-Baptiste Edouard Lesquoy ; vient ensuite la brasserie du "Franklin", parce que si la première phase de construction débute dès 1824, il faudra attendre 1849 pour que le bâtiment central soit construit avec le brasseur Pierre Ferdinant Fayon et puis la brasserie Thomas en 1859 avec le brasseur Etienne Félix Thomas. Les bâtiments des brasseries Renauld et Hobschette furent les derniers construits puisque ces deux familles de brasseurs changèrent plusieurs fois de lieux de production.
Une rubrique "collection" pour chaque brasserie de Virton sans oublier les soutireurs, les limonadiers, la cidrerie, les laiteries et les producteurs d'Ethe. Ce que j'ai voulu faire au niveau des différentes brasseries, ce n'est ni un roman sur les familles des brasseurs virtonnais, ni entrer dans des détails techniques de production. En plus de particularités pour chaque brasserie, j'ai fait une liste pour les collectionneurs présents et à venir, avec tout ce qu'il y a moyen de trouver à collectionner : bouteilles et étiquettes mais aussi bouchons en porcelaine avec le nom ainsi que des cartes postales anciennes… "Bonnes découvertes", Frédéric Renauld
VIRTONHC.BE Histoire & Collections
“Le Musée virtuel et gratuit de Frédéric Renauld
Ce qui est exceptionnel, c'est que deux de ces bâtiments de brasserie qui auraient dû continuer à être des brasseries en ce début du 20e siècle vont devenir : - un Carmel pour l'un Brasserie Thomas et Carmel - une salle de spectacle et de cinéma pour l'autre. D'autant plus que cette brasserie, familiale au départ, était devenue une « coopérative » dont les actionnaires étaient eux-mêmes des cafetiers. Brasserie du « Franklin »