On arrive sur la Grand'Place début 1900 et on constate qu'à cette époque, il n'y a pas le moindre véhicule. C'est un endroit de jeux pour les gosses. Ils auraient pu jouer au football mais à l'époque, ce sport n'était pas connu ! A l'approche du photographe, tous les regards se fondent sur lui.
La Grand'Place* de Virton vue par les cartes postales et par Frédéric Renauld
La Grand'Place ne porte bien son nom que depuis le début du 19ème siècle. Pour la construction de la nouvelle église, on va détruire les maisons ainsi que le reste des fortifications qui s'y trouvaient. Mais on ne va pas en rester là, on va transformer ce bourg médiéval et en faire véritablement une ville. Comme il faut faire de l'espace pour mettre la nouvelle église en valeur, on va reculer les façades des immeubles situés depuis la Maison des Œuvres jusqu'à la pharmacie Familia. Contrairement à l'ancienne église dont le choeur était situé à hauteur de l'ancienne maison Blaise devenue actuellement le restaurant "Entre Nous" l'entrée de la nouvelle église Saint-Laurent se fera à l'opposé et depuis le centre de la Grand'Place ce qui permettra d'en faire un édifice imposant avec un escalier monumental. Mais il faut aussi un dégagement sur le côté de l'église et on va là aussi reculer les façades des immeubles situés entre l'actuelle banque CBC et la pharmacie Jacques- Nothelier. Cet espace doit être aussi large que la nouvelle Avenue Bouvier et devra en prolonger la perspective depuis le Sacré-Cœur. On peut s'indigner aujourd'hui de ce qu'est devenue la Grand'Place de Virton mais celle-ci n'a pas toujours été remplie de voitures. Revoyons la Grand'Place en cartes postales anciennes et plus contemporaines… * devenue place Nestor Outer en hommage à notre grand peintre virtonnais.
En venant depuis le carrefour face à l'Avenue, on arrive sur la Grand'Place où on est accueilli par les garnements du coin qui jouent en pèlerine. "Attention, si vous n'êtes pas sages", le cachot de la prison (au centre de la carte) est prêt à vous accueillir !
On se retrouve vers le bas de la Grand'Place face à l'Eglise. En arrière plan à droite, juste après la petite ruelle, on trouve l'ancienne imprimerie-librairie Raty qui avec Nels étaient les principaux éditeurs- imprimeurs de cartes postales de l'époque. Cette maison est devenue la boulangerie Robert.
Ici encore un bon exemple de la diversité des commerces et professions de cette époque : Ce coiffeur (flèche rouge) vend du tabac et des cigares mais aussi des graines potagères (spécialité : céréales, betteraves) comme inscrit sur la façade. Plus tard dans ce même immeuble, on retrouvera le salon de coiffure Jeanine Raucy.
Mais la Pharmacie était déjà là ! C'était la pharmacie Sternon et puis après… Ça a déjà changé quelques fois de nom. Vous remarquerez qu'on a ajouté le marquage "Au Bon Marché, Blaise Louis, Gros et Détail" à l'impression de cette carte postale. (côté de la Grand'Place vers la Grand'Rue direction la rue d'Arlon)
La Grand'Place était déjà équipée d'un éclairage en hauteur dont les filins partent du haut des toitures des immeubles qui se font face.
Mais elle est "vide" notre Grand'Place ???
Non, il y a maintenant des gens qui longent les murs et puis voyez au fond (flèche rouge), on décharge une grande remorque, ne serait-ce pas les carrousels qu'on amène ? (Photo originale qui permettra d'imprimer la carte postale avec un intitulé sur la face vue).
Maintenant, il y a même le facteur qui distribue le courrier en plein milieu de la Grand'Place : on aura tout vu ! (C'est la seule carte postale de Virton où l'on retrouve une personnalité "officielle" en la personne du facteur).
Quoi, un cycliste ? En plein milieu de notre Grand'Place ! Mais il se croit où ? (Photo originale qui permettra d'imprimer la carte postale avec un intitulé sur la face vue).
En 1914, le seul véhicule qu'on y trouve, "écologique" de surcroît, c'est une charrette à chien. Très populaire à cette époque. Remarquez tous ces enfants au garde à vous, depuis les marches de l'église jusqu'au milieu de la place et tout ça pour être sur la photo !
Et si on montait jusqu'au clocher de l'église, on finirai bien par trouver quelque chose qui ressemble à une automobile ! (carte de 1952) En voilà justement une et en plus, elle s'arrête juste au milieu de notre Grand'Place.
Ici c'est l'apothéose : 4 voitures à la fois dont une traction Citroën + un cycliste à pied (il y a trop de circulation : ça devient dangereux ! ) + des gens à pied et cerise sur le gâteau ou… sur le pain, devrais-je dire, je vous laisse trouver la camionnette Solo "en solo" (Cette carte de 1963, éditée par l'imprimeur- libraire Marc Raty de cette même Grand'Place m'a coûté cher car c'est la seule carte en noir et blanc où il y a un peu d'animation "mécanique" et donc c'est plus rare !)
Le nombre de magasins qui proposaient la vente de papiers peints sur Virton, surtout durant la première moitié du 20ème siècle, est impressionnant : - était-ce une nouveauté pour l'époque ? - fallait-il égayer ses intérieurs après ces années sombres de guerres ?
Avant la dernière guerre, une société de vente de pièces de rechange automobile s'était déjà installée sur la Grand'Place.
Mais que de monde tout d'un coup !!!
Le vendredi 12 août 1901, c'est le jour du marché. Les ménagères en profitent pour faire le plein de denrées locales. A cette époque il n'y avait pas tous ces supermarchés à chaque coin de rue. Les frigos et les congélateurs n'existaient pas encore. Certaines denrées et marchandises sont proposées à même le sol par des cultivateurs ou petits vendeurs locaux.
Là, le marché débute ou se termine ?
A noter qu'il y a eu aussi un marché aux bestiaux au Faubourg d'Arival ainsi qu' à la rue des Fossés.
Les Parkings n'ont pas toujours été aux mêmes places.
On commence d'abord à se garer latéralement sur le côté droit de la Grand'Place. (en 1972) Après, on verra !
Puis, on se gare aussi au milieu de la Grand'Place ! (en 1973)
Maintenant, on se gare seulement au milieu de la Grand'Place et on tourne en suivant les flèches marquées au sol. Les bandes orange indiquent clairement qu'on ne peut pas se garer le long des trottoirs. Quand on passera aux trottoirs en pierre bleue (photo du bas), les voitures pourront aussi stationner le long des trottoirs. Pour certaines manœuvres depuis les parkings centraux, ça deviendra difficile surtout si les voitures sont mal garées !
Depuis le ciel, tout cela n'est pas très beau et finalement Saint-Laurent décide d'envoyer son robot exterminateur. (ici, photographié par un photographe amateur). Juché sur ses deux grandes pattes, il vient d'un coup de laser, de supprimer tous ces parkings et véhicules qui défiguraient sa Grand'Place. Maintenant les voitures ne pourront plus jamais se retrouver sur la partie droite de la Grand'Place. Seul un fin boyau est laissé pour le passage des véhicules sur la partie gauche. --- Ceci est bien sûr une légende mais vous savez que les légendes ont la vie dure !
Mais il y aura encore des parkings dans cette partie-là de la Grand'Place. Voyez qu'auparavant, les places de parking étaient latérales que du côté de l'église. --- Dans les années 60, la prison était encore là, l'ancien salon de coiffure Etienne était déjà moderne et l'ancienne pharmacie Jacques-Nothelier telle qu'on l'a longtemps connue !
Evidemment du temps de Randaxhe et de son Grand Bazar (1910), l'entrée de la Grand'Place faisait plus "commerçante". Il vendait de tout ce commerçant : du tabac, des bouquets mortuaires,… en plus de tenir café et en dernier, il proposait même des séances de cinéma. Sans oublier qu'il était aussi un éditeur de cartes postales !
Première friterie mobile sur la Grand'Place. (carte de 1904)
A droite de cette carte, on voit l'architecture des maisons particulières ou immeubles de l'époque. Entre deux bâtiments, une petite maison (entourée de rouge) qui est l'ancêtre du bâtiment actuel accueillant le café Saint-Laurent. A noter aussi que la plus ancienne maison qui demeure encore sur cette Grand'Place abrite le restaurant "Entre Nous" (bâtiment du 18ème siècle, fléché en rouge). C'est à hauteur de cette maison que le chœur de l'ancienne église de Virton était situé.
Oh tiens il y a un chapiteau de monté ! (juste en dessous du timbre)
Ça y est tout est là, tout est prêt pour faire la fête ! Il n'y a pas encore d'auto-tamponneuse mais ça viendra par la suite avec d'autres manèges qui vont dans tous les sens et qui font tourner la tête, comme disait…
Ce croquis nous montre le renfoncement de la Grand'Place (côté parkings) avec sur la droite le café le Rustique et dans le fond, la "grande maison" Lavaux.
La photo de ce concours de déguisements pour enfants à vélo, au milieu des années 60, nous montre en arrière plan l'autre renfoncement de la Grand'Place (côté Maison des Œuvres) avec l'ancienne friterie-café-restaurant Kuborn. Après la messe, je me précipitais comme tant d'autres pour manger ces bonnes frites, car ne dit-on pas qu'après avoir rempli l'esprit, il faut bien remplir le ventre. Les sauces étaient en supplément mais la moutarde était gratuite. Ce café de la Place sera tenu par la Jacqueline dans les années 80 et deviendra l'actuelle Maison Verte.
VIRTONHC.BE Histoire & Collections
“Le Musée virtuel et gratuit de Frédéric Renauld